Daisy Kenyon (Femme ou maîtresse)

(1947, E.-U. - Otto Preminger) 

 

 

 

 « C'est ici qu'il faut parler d'épure [...] et même d'épure racinienne, si l'on considère que l'action obéit au seul jeu des passions et se trouve dépourvue de tout événement accidentel ou extérieur. [...] La passion, chez ces êtres ultra-civilisés, est loin d'être simple, car constamment mêlée de calcul, de froideur, et d'hésitation. [...] Film étrange dont la maîtrise enveloppe et protège le secret des personnages tout en cherchant à l'exprimer. Il en résulte pour eux un grand pouvoir de fascination. » (Jacques Lourcelles)

 

 

Daisy Kenyon (Femme ou maîtresse). E.-U., 1947. 95 minutes, noir et blanc. Réalisation : Otto Preminger. Scénario : David Hertz d'après le roman éponyme d'Elizabeth Janeway. Photographie : Leon Shamroy. Décors : Thomas Little, Walter M. Scott. Montage : Louis R. Loeffler. Musique : David Raksin. Sortie en France : 8/09/1948. Int. : Joan Crawford (Daisy Kenyon), Dana Andrews (Dan O'Mara), Henry Fonda (Peter), Ruth Warrick (Lucile O'Mara), Martha Stewart (Mary Angelus), Peggy Ann Garner (Rosamond O'Mara).

 

 

Synopsis :

New York, Greenwich Village. Daisy Kenyon, illustratrice de mode, est la maîtresse de Dan O'Mara, un avocat renommé, marié et père de deux enfants. Elle ne caresse plus aucun espoir de ce côté-là. Dan remet constamment au lendemain toute décision de divorce. Aussi, lorsqu'elle rencontre Peter, un soldat éprouvé par la guerre et par la récente disparition de sa femme, elle accepte sa proposition de mariage, afin, peut-être, de clôturer une relation équivoque et inégale... 

J. Crawford, D. Andrews et H. Fonda
Joan Crawford (Daisy Kenyon)

Joan Crawford (Daisy Kenyon)

Derniers commentaires

24.03 | 11:11

merci pour cette page consacré à la cinémathèque Algérienne. On souhaiterait avoir votre mail

20.08 | 16:38

je suis admirative de la STRADA j'adore le role g=de Guillieta Masina et Antoni Queen les prise de vue ce noir et blanc ces personnages..les instruments..les paysages.Ce film est un chef d'oeuvre

19.10 | 11:54

Le cinema est ma grande passion

27.12 | 13:16

place, qui répondent à ce qu'il a pu rêver dans sa captivité." (1946)

Partagez cette page